Créer un chara design: Stylisme de Geek

Une fois la psychologie de votre personnage déterminée (si ce n’est pas encore fait je vous invite plus que vivement à lire l’article sur le sujet, sinon celui la ne servira à rien et ça sera très la tristesse) il serait peut-être temps que votre progéniture fictive pointe enfin le bout de son nez. Vient donc le moment fort sympathique de s’occuper de son chara design (également connu sous le nom de « Chara deza » chez nos amis nippons).

L’apparence du personnage permettra de fixer le point de vue du lecteur sur plusieurs critères : la tranche d’âge de votre personnage, son caractère, son rang social, l’époque à laquelle il évolue et le type du récit (fantaisie, science-fiction, tranche de vie, etc…) . D’une certaine manière il est une sorte de bande annonce sur patte de votre oeuvre, donc défense de bâcler. Au premier regard, le lecteur lambda devra se faire une première idée du personnage que cela soit au travers de sa morphologie, de son faciès, de sa chevelure, de ses fringues ou de ses accessoires.

Pour illustrer ce qu’est un chara design simple mais qui peut éventuellement fonctionner, on va prendre l’exemple de mon propre avatar :

Comic strip 1

On récupère donc tout les éléments fléchés, et on met ça sur tableau, et voilà les informations que l’on peut récupérer avec un simple aperçu :

comic strip 3

Bref, le résumé de Berlioz sans être très flatteur ne manque pas de véracité. Un simple aperçu permet de se faire une idée de l’aspect excentrique du personnage, ainsi que de son côté tête en l’air tout comme de son activité principale. De plus, la forme des mèches de cheveux, les déchirures du manteau, la présence des antennes ainsi que sa morphologie filiforme créent immédiatement une silhouette qui permettra à ce personnage de se démarquer des autres, même si l’on ne voyait que son ombre.
Ce que nous montre également cet exemple c’est que l’attitude que le personnage porte à son apparence est très révélatrice de sa personnalité et de ses habitudes. En effet, vêtements tâchetés, déchirés ou bien au contraire entretenus avec amour sont tant d’élément qui permettent de donner du caractère à votre chara deza. C’est un procédé que l’on retrouve beaucoup dans les récits comportant des personnages vêtus du même uniforme. Voyons cela avec les uniformes de l’école Poudlard dans la saga Harry Potter : les manières dont Hermione Granger, Ron Weasley et Luna Lovegood sont affublés sont très éloquentes. La tenue toujours impeccable de Hermione témoigne de son sérieux et de son désir d’être bien perçu par le corps enseignant. La cravate desserrée de Ron illustre un je-m-en-foutisme non dissimulé que lui inspire le respect de l’étiquette. Quant à Luna… hum… inutile d’en dire davantage hein ?

En parlant d’uniforme (vous avez vu cette transition un peu ?), il vaut mieux que le design de votre PP ne soit pas surchargé, n’oubliez pas que vous allez devoir le dessiner sur des dizaines voir des centaines de planches. Par conséquent, si sa tenue est truffée de détail vous allez vite comprendre l’ampleur de votre erreur (sauf si vous disposez à la cave de toute une tripoté d’assistant que vous exploitez sans la moindre vergogne… si c’est le cas, faites vous plaisir.). Cependant la tenue de votre personnage n’est pas dans l’obligation d’être simple pour autant, bien au contraire. Une tenue originale attire l’oeil et parfois même la sympathie du lecteur ; et surtout, SURTOUT, ça attire les cosplayeurs. Et pour cause, ils sont de véritables panneaux publicitaires ambulants et vous feront votre promos gratis en convention ou sur leur page FacBook. Alors, caressez les cosplayeurs dans le sens du poil en leur proposant de sympathiques costumes à réaliser (tout en réalisant sur des illustrations exclusives des tenues fourmillantes de détails : motifs prise de chou, pans de tissu défiant la gravité et dégradé de couleur pouvant faire pâlir un troupeau de My Little Pony… ils vous détesteront sur le coup mais en réalité la difficulté ils aiment ça, croyez moi). Et au delà du côté com’, savoir son personnage digne d’être cosplayé, y’a rien de plus gratifiant !

En bref, posez vous donc toutes ces questions : à quelle époque et dans quel univers se situe mon histoire ? Quel vêtement mon personnage porterait il ? De quelle manière les porte-t-il ? Puis je le dessiner ainsi sur des pages et des pages entières sans trop perdre de temps ?
Ah et évidemment lorsque vous créez votre charadesign, n’oubliez surtout pas de manifester le fameux X dont nous avons parlé dans l’article précédent. N’oubliez pas que cet élément est le noyau de la création de votre personnage, cela serait quand même sacrément ballo de l’oublier à une étape aussi importante !

Bon, vous avez tout les éléments qu’il vous faut ? On est bons, on est chauds, on est motivés ? Alors maintenant on met tout ça au propre sur un tableau qui permettra de présenter votre personnage. Le tableau se présente en général avec une vue d’ensemble de votre personnage, ainsi qu’un zoom sur le visage (et si vous en sentez la nécessité: un zoom sur un accessoire ou une vue de dos et/ou de profil). Soyez sympas de laisser un espace libre afin qu’il y ait un peu de place pour indiquer les informations élémentaires de votre personnage : son nom, son âge, sa race (pour les récits fantaisies ou SF), son activité ainsi que ses traits de caractères principaux.

Destiany retouche
Démonstration avec l’un de mes propres chara deza
Salica retouche
Et un autre, c’est jour de fête

Eh bien toutes mes félicitations, vous avez à présent tout les éléments pour vous faire plaisir en matière de création de chara deza (et ça se sent peut-être, mais c’est une de mes étapes préférées dans la création d’un projet °^°). Vous n’avez à présent plus qu’à vous habituer à dessiner le nouveau venu au travers de toutes sortes d’esquisses !

Destiany esquisse
Esquisses de Destiany

Evidemment vous n’êtes pas obligés d’apporter le même soin de design à tout vos personnages. Sincèrement, on se fout de la manière dont se fringue vos figurants autant que de la dernière saison de Secret Story. Cependant il est important de ne pas bâcler le visuel des personnages importants, car c’est eux qui vous permettent en partie d’imposer votre patte, votre univers. Ces personnages reflètent votre goût et vos influences, alors voyez y une sorte de cour de récréation où vous pouvez imposer votre style et laisser place à votre créativité.

J’ai le sentiment cependant d’avoir surtout parlé au nom de ceux qui développent leurs univers dans un contexte relevant principalement de l’imaginaire. Mais il est également tout a fait faisable de réaliser des chara design intéressants à notre époque (comme l’a su prouver Ai Yazawa avec ses mangas Paradise Kiss et Nana). C’est cependant à mes yeux une tâche un peu plus subtile car le mauvais goût s’invite assez facilement dans ces cas là et il est pas de mauvais aloi de se renseigner en matière de mode histoire de voir ce qui se fait et surtout, ce qui fonctionne (sans non plus devenir des fashion victime lobotomisée, me faite pas dire ce que je n’ai pas dis!). Personnellement pour ce type de design j’ai mes propres sources d’inspiration…

chara design 2

Oui je sais, y’a pas de quoi être fière, ne me jugez pas ok ?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s