Créer une personnalité: Micmac psychologique

Avant de vous lancer dans la création de votre récit, il s’avérera judicieux que vous soyez fixé sur un point qui ne peut attendre que vous ayez davantage avancé dans votre projet : la mise à bas de votre personnage principal.

Cela serait fort sympathique pour le développement futur de votre scénario que vous mettiez un point d’honneur à vous montrer quelque peu minutieux sur cette étape. L’air de rien elle se montrera cruciale pour la suite des événements, TOUTE l’intrigue va graviter autour de votre ou de vos PP (oui, je vais utiliser PP pour Personnage Principal, un peu la flemme voyez vous). Votre PP va vivre et surtout subir votre récit. Il va parfois progresser, parfois stagner, parfois échouer…. Mais avant de lâcher votre petit bonhomme dans la nature, il serait de bon aloi de faire un maximum connaissance avec lui. Et je ne vous demande pas là de me faire un résumé comme si vous veniez de rencontrer votre perso en speed dating… vous devez TOUT savoir à son sujet. Pas uniquement son nom et son âge, mais ce qu’il fait dans la vie, ses tics, ses obsessions, ce dont il a conscience ou non… tout. Si votre perso a brusquement la dalle à 3h du matin, vous devez savoir s’il préfère se contenir, se faire un petit encas ou s’il fonce presto au McDo du coin.

Mais je ne vais pas tourner plus longtemps autour du pot et lancer les hostilités dès maintenant en vous présentant LA formule. Oui, LA formule qui vous permettra de mieux connaître votre perso jusqu’à l’os… il s’agit du :

Y=F(X)

Article 1

C’est bon je vous ai tous récupéré ? Calmez vos ardeurs car nous n’allons nullement parler de maths mais bel et bien de création, même s’il va falloir faire preuve d’un petit peu d’esprit logique. Décarcassons ensemble le bestiau et vous verrez que ça n’a absolument rien d’insurmontable.

Y: L’identité à proprement parlé.

Il s’agit tout simplement du nominatif de votre personnage. Prénom, nom de famille si vous voulez en mettre un, ou même surnom si celui-ci est vraiment important (par exemple si le véritable patronyme de votre personnage est inconnu ou s’il est extrêmement connu de par son surnom, comme par exemple dans One Piece avec « Luffy au chapeau de paille »).

F: Son profil.

Le F fait plus ou moins office de carte d’identité à votre personnage. Dedans vous y mettez l’âge, les caractéristiques physiques (sauf ce qui est de l’ordre de l’accessoire ou des modifications corporelles : piercing, tatouage, coupe de cheveux etc ), ce qu’il ou elle fait dans la vie… Si vous vous lancez dans un récit fantaisie ou de SF précisez également à quelle « espèce » appartient votre PP (exemple : Elfe, fée, cyborg, ange, démon, etc…). Mentionnez également s’il possède un quelconque pouvoir, mais cela uniquement s’il s’agit de particularité innée (un pouvoir acquis sera davantage considéré comme une accessorisation du personnage, et sera donc rangé dans la même catégorie qu’un piercing ou un tatouage).

X: Sa psychologie.

Ah là on attaque le plus gros du morceau. Le « X » est représenté par un ou des éléments faisant vraiment la caractéristique du personnage. Cela peut être un accessoire, un tic, une manière de s’habiller, s’exprimer ou de bouger… cela peut être tout et n’importe quoi ! Cet (ou ces) attribut devra être récurrent dans votre futur scénario. Il permettra à votre PP de se démarquer des autres au cours du récit, de lui donner un côté attachant ou détestable, mais également de fixer son psyché.

Le rapport avec le psyché ? Pensez vous que le chapeau de Luffy, les cernes de L de Death Note ou le look de Hiruma dans Eyeshield 21 sont de l’ordre de l’anodin? Non, tous contiennent de par leur présence des informations sur la mentalité, les objectifs et surtout les faiblesses de ces personnages. Il va donc falloir creuser à partir de l’élément choisi. Pourquoi votre perso possède-t-il ce « X » ? C’est cela qui nous intéresse ! Ainsi il est de bon ton de méditer sur le sujet de cette manière !

Le X

La raison de l’existence du X

La conduite que le personnage adopte au quotidien par rapport à ce X

Problème latent créé par le X

Je me rends bien compte que tout ce que je raconte peut paraître un peu abstrait, et du coup j’ai prévu des exemples tirés de mes propres créations (crées au cours de ma formation) qui j’espère vous permettrons de comprendre le cheminement à parcourir.

Exemple 1 :

Raya

Y: Raya

F: 17 ans. Chasseresse. Peau mate, cheveux blancs, yeux dorés, oreilles pointues et queue en pointe. Appartient au peuple des Nassaï (un peuple que j’avais créé à l’époque)

X: Possède une chevelure tellement emmêlée qu’une souris y a élu domicile pour installer son nid

Elle passe plus de temps à s’entraîner pour améliorer ses capacités en tant que chasseresse plutôt que de prendre soin d’elle

Elle espère qu’en devenant une indispensable du village, les autres Nassaï lui seront constamment redevable

Elle a besoin du regard de ses semblables pour se construire une estime sur sa propre personne.

En résumé : C’est une fille manquant cruellement de confiance en elle et qui s’acharne à s’améliorer dans le but d’être le centre de l’attention de ses semblables.

Exemple 2 :

Sylphé

Y: Sylphé

F : 16 ans. Fils de bonne famille. Cheveux blonds, yeux bleus.

X: Joue du violon en improvisant, refuse catégoriquement de suivre une mélodie pré écrite

Il aime être libre de jouer ce qu’il lui plaît, plutôt que de contenter de suivre une partition

Pour lui, suivre un ordre pré établi, c’est renoncer à son indépendance et à son individualité.

Il pense agir en dehors des moeurs en adoptant un pseudo comportement de marginal, mais ne propose pas de réelle solution pour remplacer une société en dehors de laquelle il ne pourrait vivre.

En résumé : Sylphé se donne des airs de « Je m’en fous je fais ce que je veux de toute façon ce monde il est pourri » mais serait bien incapable de survivre en dehors de cette société qu’il conteste.

Exemple 3 :

Lullaby

Y: Lullaby

F: 18 ans. Travaille comme mascotte dans un parc d’attraction. Cheveux châtains, yeux verts, petite taille.

X: Porte pratiquement en permanence son costume de mascotte, même en dehors de ses heures de travail.

Une partie de son visage ayant été brûlée quand elle était plus jeune, elle se sert de son costume pour cacher ses blessures.

Elle compte sur son masque afin d’attirer la curiosité et la sympathie des gens, afin qu’ils aient de l’affection pour elle

Elle cherche à s’attirer l’empathie des gens qui se sont attachés à elle afin que ceux ci fassent preuve de pitié au moment où elle dévoile son vrai visage.

En résumé : Elle passe par des artifices pour se faire valoriser plutôt que de chercher à se faire apprécier pour ce qu’elle est.

Voilà, j’espère que les exemples vous ont permis de comprendre comment fonctionne le bousin. En général l’analyse se fait en trois temps, mais on peut la pousser encore plus loin si le cœur nous en dit ! Une fois votre «cheminement» terminé, vous touchez à ce qui fera tout l’intérêt de votre personnage, l’El Dorado de son développement psychologique: un problème à résoudre ! Vos possédez à présent une pierre de plus à poser sur les futures fondations de votre récit : ce qui fera la quête latente de votre personnage, ce qui lui permettra d’évoluer et de sortir grandis de l’aventure dans lequel vous allez le plonger.

Evidemment, il est parfaitement possible de se passer de la formule Y=f(x) pour travailler l’identité de votre personnage. Je trouve juste que cette méthode est plutôt bien pour débuter car elle présente un système de classification somme toute assez classique et donc qui permet de ne pas se perdre dans ses propres idées. Mais qu’importe la manière de s’attaquer au morceau, en principe si vous pouvez imaginer votre perso dans n’importe quelle situation sans trop d’effort (comme l’exemple de la fringale nocturne que je vous ai donné en début d’article) normalement il est mûr! Vous pouvez par ailleurs évidemment effectuer cette méthode avec les personnages secondaires. L’opposant de votre héros par exemple se doit lui aussi d’être traité avec doigté !

J’ai conscience que cela laisse peu de place à la spontanéité (quoi qu’à force de vous exercer avec le Y=F(X), vous pouvez spontanément créer des personnages avec une profondeur exploitable °^°) mais faites moi confiance, on peut tout à fait être à la fois réfléchis et créatif !

Et surtout… je vais pas vous mentir, j’ai fais cet article car j’en ai un peu marre de voir proliférer ce type d’OC (Original Character) :

Faut pas croire, en vrai j'aime bien les fanfictions °^°
Faut pas croire, en vrai j’aime bien les fanfictions °^°
Publicités

Les débuts cosplay: Ne pas gâcher sa première fois.

Comic strip en cour

Ce comic strip résume plutôt bien un constat que j’ai fini par me forger au fil de mes années dans le royaume fabuleux des cosplayeurs: de plus en plus de jeunes gens (ou de moins jeunes, histoire que l’on m’accuse pas de faire des généralités °^°) veulent se lancer dans le cosplay… uniquement dans le but de faire du cosplay. C’est comme s’il n’était plus possible de nos jours de faire partie de la grande famille des Geeks et des Otakus sans avoir poser un pied sur la planète Cosplay.

Je m’explique, à mes yeux le cosplay permet de réaliser des rêves de gosse ou de répondre à des objectifs que l’on s’est soi même fixé en s’imposant de la difficulté. J’ai personnellement commencé l’aventure dans le but d’être un jour assez à l’aise avec une machine à coudre pour pouvoir me confectionner une tenue de Sailor (succès à présent débloqué soit dit en passant!). Il en va de même pour le premier cosplay que vous aller réaliser/faire coudre/acheter (il n’y aucune honte à porter un costume que l’on a pas cousu soi même pour ses débuts, et même pour toute sa carrière de cosplayeur). Il n’y a rien de plus grisant que de se dire que l’on incarne un personnage qui nous tient à coeur, et si ce sentiment de béatitude peut pointer du nez dés le premier cosplay, c’est le jackpot, le Nirvana, l’Amour qui brille sous les étoiles, j’en passe et des meilleurs.

J’ai donc consacré mon premier comic strip de la chronique à ce type de conversation que j’ai malheureusement trop vu/lu/entendu. Un cosplayeur, aussi expérimenté dans le domaine soit-il, ne peut donner ce genre de conseil. Il pourra conseiller sur le matériel à acheter, sur les méthodes de travail, sur les vendeurs de perruque à contacter, mais à moins que cette personne ne vous connaisse intimement, à part jouer les Cristina Cordula en vous citant les cosplay qui scieront à votre physique, ils ne pourront rien vous offrir de plus sur le sujet ne connaissant ni vos compétences manuelles ni vos goûts personnels.

Du coup, voici les trois questions que je vous conseillerai de vous poser afin de pouvoir choisir votre starter:

– Quels sont mes séries préférées? Mes personnages préférés? Qui ai je vraiment envie d’incarner?

– Suis je habitué à coudre ou à bricoler? Commencer par un costume compliqué alors que je suis newbie ne risque-t-il pas de me gâcher le plaisir?

– Si le costume est trop difficile, pourquoi ne pas chercher à voir si je peux l’acheter tout fait (en bonne qualité quand même, s’il vous plaît) ou si je peux voir avec quelqu’un pour me le coudre? Ce n’est que les débuts alors pourquoi pas.

Si vous faites partie des deux premières catégories, je vous conseillerais de commencer par un costume où la plupart des pièces sont trouvables dans votre garde robe (Pantalon noir, jean etc..) afin que vous commenciez en douceur en réalisant seulement quelques parties de votre futur cosplay. Garder les projets difficiles pour plus tard, vous n’êtes pas obliger de réaliser tout vos rêves de costume dans l’année!

Pour parler de ma propre expérience, mon premier costume fût une création personnelle: une version humanisée de Noctali, mon Pokémon préféré (oui, c’est convenu d’avoir ce Pokémon comme chouchou, silence °^°). Le haut, le serre-taille, la jupe, les gants, les bas et les chaussures ont été piochés dans mes placards, je n’ai ainsi eu qu’à réaliser les oreilles, la queue, les brassards et le masque. J’ai ainsi pu commencer faire grandir la difficulté au fil des costumes sans me presser, et surtout sans gâcher le fun!

En bref, faite du cosplay car vous avez envie de cosplayer! C’est le plus important.

Noctali
Petit Artwork de mon premier cosplay: Noctali de Pokémon! Pour les photo du dit cosplay : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.468113316541617.106790.468105579875724&type=3

Oh bah, ça faisait longtemps que j’étais pas venue là!

Kriza blog

Bon, étant donné que je n’ai pas été spécialement active sur le blog ces derniers temps, je me disais qu’il était temps que je pointe du museau hors de ma tanière pour venir donner un ou deux signe de vie.

Les mois de mai et de juin ont été assez difficiles à gérer pour moi, ce qui m’a poussé à mettre mes activités sur Internet en stand by: final de la dernière année de ma formation, divers ateliers à animer, fabrication des cosplays pour Japan Expo, achat de Kingdom Hearts 2.5 (tout le monde a le droit de prendre des vacances °^°) j’en passe et des meilleurs.

Du coup, je viens ici non pas pour vous promettre de me remettre à publier avec un rythme régulier (ne prenez pas exemple sur la dame les enfants, il faut S’ORGANISER) mais pour vous annoncer que je vais quand même reprendre le bousin en main, ayant déjà commencer à travailler les contenus des prochains articles.

Je vais donc reprendre :

– Les articles sur le cosplay

– Les articles sur la mise en marche d’un projet manga (le premier article semblait avoir bien plu, et j’en suis vraiment ravie!)

– Les articles sur les contes de Perrault ( Il me reste trois illustrations à vous présenter )

J’ai également d’autres idées (pour la plupart encore à un stade strictement embryonnaire) de rubrique, mais je pense déjà m’occuper de celle citées ci dessus avant de trop m’étaler et de ne plus m’y retrouver. Ce qui serait fortement dommage, n’est-ce pas?

Autre chose et il s’agit encore d’un projet en gestation. Je vous annonce ainsi par la présente, que je serai peut-être bientôt exposante (eh oui je fais mes annonces en rime) dans diverses conventions. Je travaille sur le sujet avec mes futurs collègues de stand (que la plupart d’entre vous doivent connaître…. et si vous me suivez sur les réseaux sociaux, il est fortement possible que vous ayez flairée l’identité des larrons!).

Sur ce, prenez soin de vous, et à très bientôt pour le prochain article!